Cette page est composée à 100 % d'électrons recyclés.

Les Chroniques de Cybérie

Le 8 novembre 1996
© Les Éditions Cybérie



Salutations à tous les Cybériens et Cybériennes!

Cette Chronique n'est optimisée ni pour Netscape, ni pour Internet Explorer, elle l'est pour ses lecteurs et lectrices.

Cette semaine

Les présidentielles américaines se sont déroulées comme prévu avec la réélection, sans surprise, de l'équipe Clinton/Gore.  Cependant, quelques points à souligner.  Dans l'espace électoral virtuel tout n'a pas fonctionné à merveille mardi soir.  La plupart des sites Web offrant une couverture des résultats ont fléchi sous la demande.  Selon toute évidence, on était plus nombreux sur le Web qu'aux bureaux de scrutin, la participation au vote a chuté sous la barre du 50 %.  Ainsi, les sites comme AllPolitics de CNN et Time (http://allpolitics.com/), PoliticsNow (http://www.politicsnow.com/) et le site du réseau de télévision CBS (http://www.cbsnews.com/campaign96/) ont éprouvé des difficultés sporadiques tout au long de la soirée en raison du grand nombre de requêtes présentées sur les serveurs.  Pour sa part, MSNBC (http://www.msnbc.com) a réussi sans trop de mal à répondre à la demande en ajoutant des ressources serveurs.  Pas de difficultés, cependant, chez Yahoo! (http://www.yahoo.com) qui attribue son excellent rendement à la légèreté graphique de ses pages, ni au réseau public de télévision PBS (http://www.pbs.org/).  Rapports et commentaires chez MSNBC à http://www.msnbc.com/news/39583.asp.

Autre document d'intérêt chez MSNBC, un bref survol des résultats des Propositions, ces référendums tenus dans les 24 États autorisés à le faire.  Nombre record, cette année, on a voté sur 90 propositions allant des programmes de discrimination positive en Californie (on les a abolis) à l'utilisation de chiens pour chasser le cougar en Oregon (elle a été maintenue).  Dans une campagne électorale si terne et prévisible, les résultats des propositions constituaient à peu près le seul élément de suspense.  Analyse à http://www.msnbc.com/news/39587.asp.

Par contre, autre dossier lourd des actualités cette semaine, la tragédie en cours au Zaïre.  Commençons par un profil du pays, gracieuseté de nos amis de la CIA, à http://www.odci.gov/cia/publications/95fact/cg.html.  Extrait du «grand livre» de l'Agence, une ressource que l'on croyait disparue depuis l'incident d'intrusion d'il y a quelque temps (dépêche du 20 septembre à http://www.yahoo.com/headlines/special/ciahack/ciahack.1.html), mais qui est fidèle au poste.  Serait-ce un secret bien gardé?

Seconde ressource essentielle, le site du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) à http://www.unhcr.ch/news/news.htm.  On y trouve une importante documentation sur la question des réfugiés à travers le monde, mais la volatilité de la situation au Zaïre nous oblige à passer à la section «News» d'où on diffuse les plus récents communiqués.  Pour les enseignants et enseignantes, une section du site est consacrée à l'utilisation des informations de l'UNHCR dans un contexte pédagogique, section qui sera enrichie, dit-on, au cours du présent mois.

Communiqués à chaud, aussi, sur le site de la Fédération internationale de la Croix Rouge et du Croissant Rouge à http://www.ifrc.org/nr/nrf.htm, qui estimait ce 5 novembre à 1,1 million le nombre de réfugiés au Zaïre oriental.  Site important car la Fédération joue toujours le rôle de pompier des feux de brousse allumés par la négligence, l'insouciance ou carrément la malveillance des grands acteurs internationaux.

Ce qui nous amène au volet politique de la crise; la France semble avoir pris l'initiative, mais là encore, en raison de l'évolution rapide de la situation, je vous propose l'adresse du Ministère des Affaires étrangères à http://www.diplomatie.fr/actual/index.html; déclarations officielles de politique étrangère et points de presse du porte-parole du Quai d'Orsay.

La crise n'est pas nouvelle et on assiste depuis un certain temps à de grandes manoeuvres de la part des pays industrialisés.  Selon un article de l'excellente revue Regards (juillet/août 1995), «le Burundi, le Rwanda et les peuples des pays voisins paient le chassé-croisé de luttes entre puissances occidentales pour une redistribution des zones d'influence en Afrique, particulièrement des richesses du Zaïre».  Article court, mais percutant, à http://www-regards.eunet.fr/arch/04/Planete.Burundi.d.html.

Autre étude sur ce conflit régional, une analyse révélatrice, intitulée «Environmental Scarcity and Violent Conflict: The Case of Rwanda», est disponible à http://utl2.library.utoronto.ca/www/pcs/rwanda1.htm.  Écrit par Valerie Percival et Thomas Homer-Dixon, ce document s'inscrit dans le cadre du projet sur la population, l'environnement et la sécurité, du secteur Études sur la paix et les conflits de l'Université de Toronto.  On y fait une relecture des causes de la tragédie rwandaise et on remet en question la théorie selon laquelle les questions environnementales et ethniques auraient, à elles seules, provoqué les hostilités ente Hutus et Tutsis.

Deux listes auxquelles on peut s'abonner, Zaire-L et Zaire-News, en envoyant un message LISTSERV@RS6000.CMP.ILSTU.EDU . Il faut inscrire dans le corps du message SUBSCRIBE Zaire-L VOTRE NOM.

Saviez-vous que les conflits armés au vingtième siècle ont fait 60 millions de victimes?  Et qui écope le plus, croyez-vous?  On estime que dans les conflits contemporains comme celui dont nous parlons ici, 80 % des victimes sont des civils, principalement des femmes et des enfants.  Au cours de la dernière décennie seulement, un million et demi d'enfants sont morts dans des conflits armés, quatre millions ont été mutilés, dix millions ont souffert de traumatismes graves.  War Child, un organisme international, dénonce le sort réservé aux enfants et mène des campagnes de sensibilisation depuis son site Web à http://www.warchild.org/home.html.  Vous vous souvenez du disque «Pavarotti and Friends» au profit des enfants de Bosnie?  C'était une initiative de War Child qui prépare de nombreux événements du genre.

Et là où ça devient pire, c'est quand les «grands» font faire leur sale besogne par les «petits».  Selon un récent rapport de Save the Children (sections Royaume-Uni et Suède) 250 000 enfants de moins de 18 ans sont des combattants actifs au sein d'armées nationales ou de groupes d'opposition armée.  En 1995/1996, ils ont été impliqués dans des conflits dans 33 pays.  De plus, on les lance dans des opérations des plus dangereuses comme le dépistage de mines anti-personnel, on les envoie comme espions, puis on leur inflige une sérieuse correction s'ils ne rapportent pas les résultats escomptés.  Pas surprenant que le taux de suicide soit élevé chez ces petits soldats en chair et en os.  Rapport accablant à http://www.oneworld.org/scf/press/nov1.html.

Parlons d'une autre guerre, celle du Golfe Persique qui retenait notre attention en 1991.  De nombreux cas d'exposition à des armes biochimiques ont été signalés, provoquant un trouble de santé surnommé le «Syndrome du Golfe», mais les autorités américaines craignent les retombées si ces allégations étaient prouvées.  Le site GulfLINK (http://www.dtic.dla.mil/gulflink/) du Department of Defence contenait de nombreux fichiers sur les problèmes de santé affectant certains anciens combattants ayant participé à ce déploiement de forces.  Mais le 8 février dernier, le Pentagone (à la demande de la CIA) retirait de son site 308 de ces fichiers.  Voici que l'éditeur Bruce Kletz de Insignia Publishing défie le Pentagone et diffuse depuis son site les documents jugés incriminants à http://www.insigniausa.com/gulflink.htm.  Pour combien de temps encore?  Kletz refuse de dire comment il les a obtenus.

Et cette semaine, au Canada, pourquoi a-t-on parlé d'Internet.  Démantèlement d'un réseau de diffusion de matériel de pornographie juvénile, dépêche de Reuter à http://www.yahoo.com/headlines/961105/tech/stories/porn_1.html.  Ce qui cadrait bien avec l'annonce de l'Association canadienne des fournisseurs Internet (ACFI) qui publiait le 1er novembre dernier son «code de conduite volontaire» où on peut lire que les membres s'engagent à respecter la loi (on l'aurait deviné) et que «bien que les fournisseurs Internet ne soient pas en mesure de surveiller tous les contenus, les membres de l'ACFI feront un effort raisonnable pour étudier les plaintes légitimes visant les contenus présumés illégaux ou l'usage abusif du réseau, et prendront des mesures appropriées».  Disponible en français sur le site de l'ACFI à http://www.caip.ca/caipcodf.htm.  On apprenait aussi par voie de communiqué que l'ACFI participe à une étude relative à la responsabilité des contenus sur Internet, qui est actuellement réalisée à la demande du ministère canadien de l'Industrie.

En France, l'Association française de prestataires Internet (AFPI) a adopté en assemblée plénière le 15 octobre dernier, à l'unanimité des membres présents (18 sur un total de 25), un texte de projet de statuts pour les «Prestataires de Services Internet».  L'AFPI précise que c'est une proposition de réflexion et non un texte définitif, disponible à http://www.afpi.net/pub/communique15-10-96.html.  Autre proposition française, celle du Ministère délégué à la poste, aux télécommunications et à l'espace présentée le 23 octobre dernier à l'OCDE, pour une Charte de coopération internationale sur Internet, texte à http://www.telecom.gouv.fr/francais/activ/techno/charteint.htm. On le voit, les instances se positionnent, et si 1996 aura été l'année de l'explosion de l'accès, 1997 sera celle de la mise en place des cadres juridiques.

Revenons sur les résultats de l'enquête du RISQ sur le profil de la clientèle québécoise de l'Internet, plus particulièrement sur un point qui a retenu notre attention.  Si 75,4 % des répondants et répondantes disent être d'accord ou plus ou moins d'accord avec l'énoncé «On trouve beaucoup de contenus québécois sur le Web», 56,9 % se disent en désaccord avec la proposition «Je trouve tout ce dont j'ai besoin en français».  Donc on trouve beaucoup de contenus québécois, mais pas nécessairement ce dont on a besoin.  Beaux créneaux à exploiter pour les créateurs de contenus.  De plus, une surprise, parmi les 25 sites les plus fréquentés (selon les réponses), 13 sont québécois et 12 américains.  La surprise : aucun site français, belge ou suisse.  Disons que nous ne nous retrouvons pas tout à fait dans ces réponses.  Tous les détails, et en version PDF bientôt, à http://www.risq.qc.ca/enquete/index.html.

«L'implantation réussie des inforoutes dans l'organisation québécoise : Avant toute chose, une affaire de culture».  C'est le titre du mémoire présenté par le Centre francophone de recherche en informatisation des organisations (CEFRIO) et la Cellule de veille en industries de la langue (CEVEIL) devant la Commission de la culture portant sur les enjeux du développement de l'inforoute québécoise le 9 octobre dernier.  C'est un document que nous avons trouvé fort intéressant à http://www.cefrio.qc.ca/memoire.html, tout autant que sa présentation orale devant les membres de la Commission à http://www.assnat.qc.ca/fra/publications/debats/epreuve/cc/961009/1700.htm.

Ah qu'ils sont chanceux, ces français, ils vont faire la fête ce samedi 30 novembre au Divan du Monde à Paris.  L'occasion?  Une grande rencontre de branchés rassemblés autour de la Fête d'UNGI, Un nouveau guide Internet de Gilles Maire.  L'UNGI est vite devenu une référence pour ceux et celles qui veulent approfondir leur connaissance de l'Internet, et voilà que les fans de Gilles Maire commencent à se rencontrer, non plus en virtuel, mais en gros réel, avec bouffe, boire et spectacle.  Quelle belle idée, les détails si vous pouvez y être sont à http://www.imaginet.fr/~gmaire/fete.htm.  Mon premier regret, ne pas pouvoir y être.  Mon deuxième regret, ne pas pouvoir y être et rencontrer Guillermito.  Mais ça viendra sûrement un jour.  En attendant, je m'amuse assez sur sa page à http://www.pipo.com/guillermito/indexfr.html.  Et à quand une rencontre bien arrosée au Québec des «bâtisseurs» ou des apprentis «au bout des doigts»?

Votre PC est-il en train de vous tuer?  C'est la question que pose Reid Goldsborough dans un article où il étudie tous ces petits maux (qui peuvent devenir sérieux) qui découlent de l'utilisation prolongée d'un ordinateur.  «Is your PC killing you? Fight back» décrit comment ces longues séances de travail peuvent nuire à vos mains, vos poignets et vos yeux, mais propose aussi des trucs ergonomiques faciles à adopter.  C'est à http://www.msnbc.com/news/39425.asp.

En terminant, je vous propose un site qui exploite une nouvelle technologie, le PHTML, technique d'annotation de code HTML d'une page en langage Perl pour créer des effets (description technique à http://issco-www.unige.ch:1963/raw/phtml.txt ).  C'est assez récent comme technique, et l'exemple est le site de la revue de divertissement Rolling Stone à http://www.rollingstone.com/Home.phtml.  Modem 28,8 recommandé, microprocesseur puissant aussi, ça bouge.  Je vous suggère dans la section Gallery les pages couvertures d'anciens numéros.  Effet intéressant de pages qui se font et se refont au fur et à mesure qu'on sélectionne des couvertures différentes.  Nouvelle norme de présentation?  L'avenir le dira.

Il y a 12 mois, dans la Chronique du 10 novembre 1995 (951110.html), trois sites éducatifs : Aiguill'ART qui offre de multiples ressources pour enseignants et élèves, Accroche-toi à l'intention des décrocheurs, et l'école Picquecos qui invite toutes les écoles francophones dans le monde à participer à la création d'un cédérom sur le thème de l'eau.

Il y a 18 mois, dans la Chronique du 9 juin 1995 (950609.html), le monde d'Escher, le projet Atlantis et le site du Groupe de recherche en astrophysique de l'Université Laval, pour en savoir plus sur la pollution lumineuse au Québec, les miroirs liquides et la supernova découverte par des astronomes québécois.

Bonne semaine à tous et à toutes,

Jean-Pierre Cloutier
jpc@cyberie.qc.ca


| Accueil | Archives | Abonnement | Publicité |


Production : Les Éditions Cybérie

URL : http://www.cyberie.qc.ca/chronik/961108.html