Cette page est composée à 100 % d'électrons recyclés.

Les Chroniques de Cybérie

Le 4 octobre 1996
© Les Éditions Cybérie



Salutations à tous les Cybériens et Cybériennes!

Cette Chronique n'est optimisée ni pour Netscape, ni pour Internet Explorer, elle l'est pour ses lecteurs et lectrices.

Cette semaine

Rien à voir.  Rien à voir avec ce qui s'est fait dans le genre «artistes sur Web», rien à voir avec ce que l'on attendait comme suite aux milliers d'affiches présages qui sont venues ponctuer les murs trop gris de la métropole depuis quelques jours, rien à voir avec le «point com».  Tout à voir, cependant, avec l'émotion à fleur d'hormone qui nous a tous et toutes, un jour, séduit chez elle.  C'est le Web de Diane Dufresne à http://www.dianedufresne.com.  On n'y vend rien, on donne.  On n'y annonce pas, on livre.  Et rien ne sert de vous hâter, il en restera encore demain, et après.

Décès de l'ex-premier ministre québécois Robert Bourassa.  Premières réactions sur Web, un cahier spécial du quotidien d'Ottawa Le Droit à http://www.ledroit.ca/menu1/menu1s.htm [NDLR : inactif].  Mort des suites d'un cancer à l'âge de 63 ans, Robert Bourassa a marqué tout un pan de l'histoire récente du Québec.  Personnage politique ambigu, prince de l'esquive latérale, souvent insaisissable, c'est presque une relation amour/haine que le peuple québécois cultivait à son égard.  C'est peut-être, comme le souligne l'éditorialiste du Droit, parce qu'il nous ressemblait.

Plus de 130 milliards de dollars sur le Web, en huit jours, c'est presque un record.

Lundi dernier, dévoilement du site du mouvement Desjardins à http://www.desjardins.com, événement marqué par une conférence de presse virtuelle dont l'essentiel est consigné à http://www.cam.org/~marigny/dj_5000.html [NDLR : inactif].  Pour ceux et celles qui nous lisent de l'étranger, précisons que le mouvement Desjardins est un réseau de 1 300 caisses d'économie structurées selon le modèle coopératif, les Caisses populaires, et dispose d'un actif de 80 milliards de dollars.  Desjardins est donc un intervenant majeur dans l'économie québécoise et s'est doté d'un comptoir sur l'inforoute.  Le transactionnel devra attendre, mais l'informationnel est bien présent sur le site Web.

Quelques jours auparavant, c'était un autre gros joueur économique qui faisait son entrée sur le Web, la Caisse de dépôt et de placement du Québec, grand gestionnaire de portefeuille en Amérique du Nord, au premier rang des gestionnaires de fonds publics au Canada avec un actif de plus de 50 milliards de dollars.  Investissant sur les marchés nord-américain, européen et asiatique les fonds provenant de ses déposants (caisses de retraite, régimes d'assurance et organismes publics), sa mission consiste à réaliser un rendement financier optimal, et de contribuer par son action au dynamisme de l'économie du milieu, tout en veillant à la sécurité des capitaux qui lui sont confiés.  Site informationnel à http://www.lacaisse.com/.

Encore une institution financière, la Banque Nationale qui annonçait la semaine dernière son système de paiement électronique SECURNAT faisait encore parler d'elle cette semaine en raison de sa participation importante au projet IDclic, de concert avec le Ministère de l'Industrie, du Commerce, de la Science et de la Technologie du Québec (MICST).  IDclic, c'est une ressource sur la formation et les choix de carrière destinée aux jeunes de 15 à 23 ans.  Autres partenaires de ce projet : le Collège Bois-de-Boulogne, les Éditions Ma Carrière et Manoeuvres numériques.  Le site mérite qu'on s'y attarde car il comporte près de 500 pages d'information sur l'orientation professionnelle, la recherche d'emploi, la connaissance du marché du travail et des secteurs en croissance.  Nous y avons appris entre autres que, mine de rien, l'industrie aérospatiale québécoise est la sixième en importance au monde et est responsable de 33 000 emplois.  Les nouvelles technologies (matériel, logiciels et services), on parle de 68 000 emplois, de 2 400 entreprises, de sept milliards de dollars par année.  Créneau d'ouvertures, donc, pour les jeunes Québécois et Québécoises en cours de formation.  Et à une époque o le décrochage scolaire ravage les rangs de la relève professionnelle, IDclic pourrait bien contribuer à dissiper la morosité sur l'avenir de bien des jeunes (et moins jeunes; à quand un volet recyclage?).  L'adresse, http://idclic.collegebdeb.qc.ca.

Cette semaine aussi, deux événements d'importance sur des questions actuelles et relatives aux inforoutes.  Deuxième Conférence et exposition internationale sur le thème «Faire des affaires en toute sécurité sur les autoroutes de l'information».  Site sur le menu copieux qui attendait les participants lundi et mardi, à http://www.ecworld.org/FRE/Conferences/2_Securite/menu.html.  Site complémentaire, les Clés du commerce électronique, un nouveau périodique électronique édité par Communications ViaNET à http://vianet.infinit.net/.  On y présente une table ronde virtuelle réunissant parmi d'autres James Bidzos (RSA, États-Unis), Claude Forget (Téléglobe Canada), Bernard Savonet (Galeries Lafayette) et autres spécialistes de la question.  Puis, ce jeudi et vendredi, thème convergent, «Réglementer les inforoutes? Quand, pourquoi, comment et par qui?», une conférence à laquelle nous participerons pour vous en rapporter les moments forts dans notre prochaine chronique.  Site Web sur le programme à http://www.droit.umontreal.ca/crdp/fr/equipes/technologie/conferences/confreg/index.html.

Passage remarqué au Québec de M. Marcel Garrigou, président-fondateur de l'Association internationale décloisonnement économie et culture (AIDEC), organisme sur lequel on peut se renseigner à http://mygale.mygale.org/09/aidec/ [NDLR : inactif].  Le but de l'AIDEC est de créer une première structure de rencontre entre les acteurs culturels et économiques, non dans un but de mécénat, mais bien de véritable partenariat.  Selon M. Garrigou, «ce n'est pas facile, mais c'est simple».  Cette visite à Montréal était une espèce de prélude au VIIe Forum international décloisonnement économie- culture devant se tenir à Toulouse les 21 et 22 octobre prochains.  Partenariat économie/culture, le concept n'est d'ailleurs pas étranger aux Toulousains, pour qui l'Orchestre National du Capitole bénéficie de l'appui de 80 entreprises de la région.  Un beau modèle, Concerto en Ada Majeur, à http://www.unisoft.fr/ramdam/aida.html [NDLR : inactif].

Suivi de l'annonce des coupures à Radio-Canada, une autre voix s'est ajoutée à celles dont nous vous parlions la semaine dernière, celle de Jean-François Lacerte, éditorialiste au journal manitobain La Liberté.  «Les nouvelles compressions budgétaires qui viennent de s'abattre sur le réseau français de Radio-Canada auront un impact dévastateur sans précédent sur les communautés francophones de l'Ouest».  Sentiment d'impuissance chez l'éditorialiste qui reflète, à coup sûr, les préoccupations de bien des minorités francophones un peu partout au pays, et qui conclut en disant que «Laisser faire ça n'a aucun bon sens.  Mais alors, que faire?».  Le texte complet à http://www.presse-ouest.mb.ca/editoriaux/v83n24e.html.  Consolation pour certains, Radio-Canada a remporté 42 des 64 prix remis par l'Académie canadienne du cinéma et de la télévision lors du Gala des Prix Gémeaux dimanche dernier.  La liste de tous les lauréats à http://www.academy.ca/academy/Regions/Quebec/.

Encore une fois, le Vérificateur général du Canada nous convie au musée des horreurs de l'administration publique fédérale avec son rapport mai/septembre 1996, disponible à http://www.oag-bvg.gc.ca/oag-bvg/rep96/1996f/html/menu3f.html.  Une perle du langage administratif : «Un abri fiscal abusif est un abri fiscal structuré de façon à permettre à un contribuable de déduire des pertes qui dépassent la somme à risque ou de surévaluer l'actif sous-jacent».  À propos de la construction des nouveaux locaux du Service canadien du renseignement de sécurité, pourra-t-on percer le secret : «Parce que la superficie brute construite dépasse de 13 000 mètres carrés les prévisions initiales sans qu'il y ait dépassement du budget approuvé, nous nous interrogeons sur la façon dont sont calculés les budgetsconsacrés aux projets et sur l'efficacité du contrôle que le Conseil du Trésor exerce sur ses autorisations de projets».  Et sur les missions de maintien de la paix : «Le coût global, tant financier que non financier, des opérations canadiennes de maintien de la paix ne figure dans aucun document public».  Un site à consulter et qui explique bien des choses.

Dans l'international, après que le quotidien privé algérien La Tribune ait été condamné en appel à six mois de suspension de publication, et que certains des responsables aient été mis en accusation et condamnés à des peines de prison avec sursis, le journal demeure sous scellés.  La Tribune avait publié un dessin représentant deux passants dans une rue pavoisée aux couleurs algériennes.  Le premier demande «C'est pour le 5 juillet?" (fête de l'indépendance algérienne), «Non, ils étendent le linge sale!», répond le second.  Le caricaturiste Chawki Amari entendait ainsi brocarder la classe politique algérienne à la veille de rencontres entre le pouvoir et l'opposition.  L'organisme Reporters sans frontières (RSF) redonne une voix à La Tribune, du moins sur le Web, avec des chroniques et textes de son personnel de rédaction, publiés depuis son site à http://www.calvacom.fr/rsf/RSF_MAJ/RSFTri/Tri_VF.html.

Chaque présidentielle américaine me rappelle celle de 1968, l'année o l'hebdomadaire de la contreculture de l'époque, Rolling Stone, avait résolu de s'écarter en partie de ses thèmes habituels (musique, cinéma, arts, marijuana) pour accorder une place importante à la présidentielle Nixon/McCarthy dans ses pages.  Mais encore fallait-il trouver une formule, qui plus est un chroniqueur à la mesure des attentes du lectorat assez particulier qu'avait Rolling Stone.  Solution : un des père du gonzo moderne, Hunter S. Thompson, qui avait déjà à l'époque commis un livre sur les Hell's Angels.  Le gonzo, c'est un style qui favorise l'emploi de la première personne du singulier, o l'esprit de l'observateur se partage étroitement avec celui de ceux et celles qui le lisent, et qui trouve son origine chez H.K.  Mencken circa les années vingt.  ne pas confondre avec une autre tendance populaire des années soixante, le néo-journalisme, que pratiquait Tom Wolfe et Truman Capote, très personnel aussi, mais quand même différent.  Selon le literati Stephen Walt Pitalo, «le néo-journalisme est une recherche de la précision, le gonzo une quête de la vérité».  Et comme toujours, tout est là, dans la nuance fort bien décrite, sur le site Bootstompers on Gonzo [devenu Gotham Gonzo] à http://www.gothamgonzo.com/ [NDLR : inactif].  Vous y trouverez également des textes, extraits et une bibliographie complète des oeuvres de Thompson ainsi que des commentaires.

Et que se passe-t-il en cette présidentielle 1996.  Autres temps, autres moeurs : Rolling Stone n'est plus la publication phare de la nouvelle culture, la relève est assurée par Wired sur son site Netizen a http://www.hotwired.com/netizen/archive/, et c'est maintenant au tour de John Heilemann dans ses chroniques Impolitic de nous livrer ses propos mordants et décapants sur l'exercice électoral en cours aux États-Unis.  Une saine dose de cynisme/réalisme pour contrebalancer la rhétorique atone des candidats.

Jeudi dernier dans une déclaration devant la Chambre des Communes, dont l'intégrale est disponible à http://Canada.justice.gc.ca/News/Communiques/1996/declaration_fr.html, le ministre de la Justice, Allan Rock, a annoncé son intention de soumettre à l'examen de la Cour suprême du Canada certaines questions concernant un troisième référendum éventuel au Québec sur la question de la sécession du reste du Canada.  En gros : le gouvernement du Québec peut-il, en vertu de la Constitution du Canada, procéder unilatéralement à la sécession du Québec du Canada; possède-t-il, en vertu du droit international, le droit de procéder unilatéralement à la sécession du Québec du Canada; lequel du droit interne ou du droit international aurait préséance au Canada dans l'éventualité d'un conflit entre eux quand au droit du gouvernement du Québec de procéder unilatéralement à la sécession du Québec du Canada?  Si les médias traditionnels au Québec et dans le reste du Canada ont abondamment commenté le sujet, il est néanmoins intéressant de consulter la fiche documentaire sur cette procédure dont l'issue sera importante pour le Québec, document disponible à http://Canada.justice.gc.ca/News/Communiques/1996/ficheCS_fr.html.  On y trouve des explications sur cette procédure «spéciale utilisée parcimonieusement» qu'est le renvoi devant la Cour suprême.  Les délais : aucune décision n'est attendue avant le début de l'année prochaine.

Quelques jours plus tôt, l'éventualité de la séparation du Québec était à l'ordre du jour du sous-comité de la Chambre des représentants sur les affaires de l'hémisphère à Washington.  C'est à la demande du représentant Tom Campbell (républicain de Californie) que le sous-comité entendait Charles Doran, expert en questions canadiennes de l'Université Johns Hopkins, auteur d'un article relativement pessimiste paru dans le prestigieux journal Foreign Affairs.  D'après Doran, si le Québec se sépare, les États-Unis doivent se préparer à jouer le rôle de gendarme dans ce qui resterait du Canada, un pays balkanisé.  Les Maritimes seraient «à la dérive», un gouvernement central affaibli ne saurait convaincre les provinces riches de continuer à partager leur richesse avec les provinces pauvres, la domination de l'Ontario antagoniserait les provinces de l'Ouest.  Le scénario pour le Québec en serait aussi un de fractionnement, selon Doran, issu des velléités partitionnistes des anglophones de l'ouest de la province, de l'île de Montréal et de l'Estrie, ainsi que des autochtones du Nord.  Inquiétant?  Non, rien de plus que le plus récent élément de surenchère alarmiste, texte intégral du Ottawa Citizen à http://www.ottawacitizen.com/online/1996/sep16/nat/nat1/nat1.html [NDLR : inactif].

Dossier techno, la nouvelle de la semaine va vraiment à la société Motorola qui dit disposer d'un logiciel qui remplacera les cartes modem.  Utilisant la puissance de traitement inutilisée des microprocesseurs centraux, ce logiciel sera disponible vers la fin de l'année sur les ordinateurs haut de gamme (Pentium 150 ou plus, Windows 95) puis sera graduellement offert sur Mac et Power PC.  Débit de transmission à 28,8, mais Motorola travaille à des systèmes logiciels plus performants.  Si le système s'avère efficace, c'est certainement une mauvaise nouvelle pour les fabricants de modems physiques qui se livraient déjà une rude concurrence.  Un article du Boston Globe à http://nytsyn.com/live/News3/271_092796_212009_1561.html [NDLR : inactif].

«Problème de date de l'année 2000 pour les PC».  C'est le titre d'un texte de Peter de Jager, paru initialement dans le magazine ComputerWorld, édition du 6 septembre 1993 (traduit avec permission de l'auteur par Jacques Bastien, du service d'Ingénierie de Radio-Canada).  Le problème est qu'au tournant du prochain siècle et millénaire, le premier janvier de l'an 2000, les horloges de bon nombres d'ordinateurs vont avoir de la difficulté à s'y retrouver avec un an zéro.  Plusieurs groupes d'informatique ont affecté deux chiffres pour indiquer l'année.  Par exemple, «1996» est noté comme étant «96» dans les fichiers de données; et l'an 2000 sera noté comme étant «00».  Comme l'explique l'auteur, «je suis né en 1955.  Si je demande à l'ordinateur de calculer mon âge aujourd'hui, il soustrait 55 de 93 et m'annonce que j'ai 38 ans. Jusqu'ici tout va bien.  Mais qu'arrivera-t-il en l'an 2000?  L'ordinateur soustraira 55 de 00 et dira que j'ai -55 ans.  Cette erreur affectera tout calcul qui utilise les durées de temps, comme le calcul d'intérêts.» Un article en langage clair sur ce petit problème de dates à http://www.year2000.com/archive/NFJOUR_FATIDIQUE.html et un site de ressources et solutions à http://www.year2000.com/cgi-bin/y2k/NFyear2000.cgi.

Nouveau produit chez Microsoft qui sera disponible sous peu, c'est l'IntelliMouse une souris nouveau genre munie d'une molette rotative insérée entre les deux boutons.  Selon Microsoft, cette molette simplifiera grandement le défilement vertical des pages Web, en plus de se prêter avec aisance aux applications propres à Windows 95 et au nouveau train de logiciels Microsoft Office 97.  Communiqué de Microsoft à http://www.microsoft.com/products/hardware/intellimouse/.

Banc d'essai du WebReview sur les logiciels de transmission sonore o RealAudio et Shockwave sont sortis presque à égalité.  La palme qualité du rendu sonore va à Shockwave qui a aussi l'avantage de ne pas nécessiter de logiciel serveur spécifique.  Par contre, pour l'aisance d'installation et d'utilisation, c'est néanmoins RealAudio qui se démarque selon l'article disponible à http://www.webreview.com/96/09/27/feature/index.html.

Autre banc d'essai, les fureteurs, analysés par deux défenseurs des plate-formes respectives de Netscape et Internet Explorer.  Mené dans le cadre de l'émission Branché sur les ondes de Radio-Canada, c'est là encore un match nul : «Au fond, ces 2 logiciels, pour l'essentiel, se valent.  Le véritable gagnant de ce combat, c'est vous, l'usager, qui avez tous à bénéficier d'une saine concurrence entre petits et grands».  Les arguments des deux parties à http://www.src-mtl.com/tv/branche/18/inter.html.

Parlant de l'émission Branché, vous pourrez échanger en mode CHAT avec le chroniqueur Jean-Hugues Roy sur le site de CyberBlack le mercredi, 9 octobre, de 21 h à 22 h.  Pour participer à cette cyberplacotterie avec Jean-Hugues Roy, consultez le guide disponible sur CYBERBLACK à http://www.cyberblack.com ou pointez votre logiciel de CHAT à irc.cyberblack.com, #cyberblack.

Après certaines compilations de moteurs de recherche, voici la page qui mettra toutes les autres au rancart, Beaucoup! à http://www.beaucoup.com/engines.html.  Malgré son nom, c'est une page en anglais, mais quelle page.  C'est plus de 460 outils de recherche que l'on peut consulter sur le Web, des outils généraux, mais aussi très spécialisés.  Vraiment, si avec cette ressource, vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, peut-être faudra-t-il se rendre à l'évidence que l'objet de votre recherche n'est pas (encore) sur le Web.

Autre nouvelle ressource de recherche, WiredSource vient d'être mise en ligne par les gens du périodique américain Wired à http://www.wiredsource.com. Initialement une liste de signets de recherche pour les rédacteurs de Wired, vous ne trouverez donc pas l'équivalent de Lycos ou AltaVista ou d'autres outils comme ceux inscrits dans Beaucoup!.  Plutôt, c'est 350 sources d'information répertoriées en 23 catégories de sujets, une espèce de petit livre de signets personnels que les rédacteurs de la revue utilisaient pour en produire le contenu.  C'est évidemment des sources d'information uniquement en anglais qu'on y trouve, mais c'est une liste fort utile qui va à l'essentiel.

En terminant, la première édition du Festival du canard du Lac Brome, premier festival international de gastronomie internationale du canard, qui débute le 11 octobre pour se poursuivre jusqu'au 10 novembre.  Au programme, une foule d'activités de dégustation, qui seront rehaussées par la présence de chefs québécois et d'artisans de la cuisine venus de Gascogne, pays des Mousquetaires et du bien-vivre.  C'est un rendez-vous à ne pas manquer pour les gourmands et gourmets, et un site Web o on trouve une foule de renseignements à http://club-culture.com/club/canard/ [NDLR : inactif].

Il y a douze mois, dans la Chronique du 6 octobre 1995 (951006.html), l'exposition Cézanne à Paris, une rétrospective des publicités de Perrier, les BUSSTOPS en Allemagne, le référendum au Québec, et j'en passe.

Il y a dix-huit mois, le 6 mai 1995 (950506.html), l'arrivée sur le Web des Ingénieurs sans frontières, du Global Internet News Agency (GINA), du gouvernement du Québec et de Ted Kennedy.

Bonne semaine à tous et à toutes,

Jean-Pierre Cloutier
jpc@cyberie.qc.ca


| Accueil | Archives | Abonnement | Publicité |


Production : Les Éditions Cybérie

URL : http://www.cyberie.qc.ca/chronik/961004.html