Biodiversité du Web - Sommaire

Lors d'une entrevue que j'accordais l'édition française de la revue   .NET (numéro de mai 1998), j'abordais très brièvement la notion de biodiversité du Web.

Il existe une foule de possibilités pour élaborer des formules hybrides, mixtes, qui doivent maintenir la biodiversité des contenus.  Car le Web est un écosystème, un espace peuplé d'êtres vivants. Les petits sites Web, pages perso, e-zines indépendants, sites spécialisés contribuent la biodiversité du Web, l'enrichissent, le consolident, lui donnent sa dimension de média universel et lui assurent un développement durable.

Cet exposé approfondit le concept, d'abord en précisant l'analogie planète/Web.  Puis, l'aide d'exemples on découvre l'importance, pour un développement durable de la vie en réseau, de la cohabitation des éléments multiples qui constituent l'univers Web.

Biodiversité.  En fait, on parle ici de la variété qui existe chez les êtres vivants du règne animal ou végétal, des différences entre les espèces et les individus d'une même espèce.  Cette diversité reflète un bassin génétique très riche qu'il est essentiel de maintenir pour que les espèces puissent s'adapter au changement que subit leur milieu, le tout étalé sur des périodes de temps relativement longues.

La diversité au sein d'une espèce, entre les espèces et entre les écosystèmes accroît les possibilités d'évolution, contribue aux mécanismes de survie biologique, etc.  Les chercheurs ont compris et expliqué depuis un certain temps que la perte de certaines espèces entraînait, par exemple, une vulnérabilité accrue des forêts aux incendies, aux infestations et aux maladies. 

Somme toute, les conséquences d'une perte de diversité sont énormes et compromettent tout espoir de développement durable.

Pourquoi parler de la biodiversité des contenus sur le Web?  Simplement parce que le Web est un écosystème, un espace peuplé d'êtres vivants, différents, mais ayant un bagage commun.  Ce dernier permet de se parler, de communiquer puis de s'enrichir partir de nos différences.

Le modèle environnemental est valable pour expliquer ce qu'on risque avec le Web et l'Internet, du moins terme.  Il est faux de croire que l'uniformisation des contenus, ou encore des sources d'information, serait globalement souhaitable.  S'il ne reste plus que trois ou quatre sources d'information aseptisées, qui ne remettent rien en question, qui chantent l'unison, on se retrouvera d'abord avec un système fragilisé car trop peu diversifié.  Pour l'individu, le médium ne pourra répondre aux attentes qu'il permettait d'entretenir, soit un médium de communication loin des modèles de médias d'information pyramidaux, traditionnels, de haut en bas.

© Éditions Cybérie, 1998


Retour

URL: http://www.cyberie.qc.ca/jpc/confbio.html
Mise à jour : 24 juillet 1998