Accueil | La campagne | Les partis | 1993 | Enjeux | Info Canada

Décision 1997

Archives des actualités
Mise à jour : 12 mai 1997, 6 h 15

N'oubliez pas de recharger («reload») cette page pour obtenir la version la plus récente.

Faut-il tout oublier?
«Un aspect étonnant de la présente campagne électorale, c'est le peu de place qu'y occupe la bonne vieille mémoire, celle qui, normalement, nous rend méfiants face à ceux qui ont beaucoup menti et nous rend sympathiques ceux qui ont tenu parole.  Cette fois, on jurerait que tous les partis politiques ont obtenu de nous la permission de repartir l'ardoise à zéro.  Tous, ils sont crédibles, purs, vierges. Et pourtant...»
Décision 1997 (Laurent Laplante), 12 mai 1997

Caricature du jour - Berthio
Le véritable enjeu du débat des chefs
Le Soleil,12 mai 1997

Les libéraux : Les députés provinciaux comme jamais derrière les fédéraux
«L'alliance PLQ-PLC offusque au plus haut point le sénateur conservateur Jean-Claude Rivest.  "Les fédéralistes n'ont aucune raison d'appuyer Jean Chrétien.  C'est lui qui a tué Meech, qui a appuyé tardivement Charlottetown, qui pousse le plan B.  C'est désolant".»
Le Soleil (Donald Charette), 12 mai 1997

Question!
«On attache une importance démesurée à ces débats de chefs.  Ils monopolisent l'attention des candidats et de leurs conseillers pendant quatre ou cinq jours mais n'influencent guère le résultat des élections.  Pierre Trudeau a ridiculisé Joe Clark en 1979, ce qui ne l'a pas empêché de perdre l'élection qui suivit.  John Turner gagna les deux débats en 1988, mais Brian Mulroney remporta ensuite l'une des plus importantes victoires de l'histoire de son parti.  Et en 1984, le fameux "knock out" de Mulroney ne changea rien au fait qu'une "coalition arc en ciel" était déjà à l'oeuvre au Québec.»
Le Soleil (Michel Vastel), 12 mai 1997

Des questions pour Jacques Parizeau
«Aujourd'hui, avant qu'il ne s'applique de nouveau à faire porter au messager l'odieux de la controverse causée par la publication de cette nouvelle, il nous apparaît opportun de poser un certain nombre de questions à M. Parizeau.  Compte tenu de l'enjeu du référendum de 1995 et du rôle majeur qu'il y a joué, l'ancien premier ministre a l'obligation morale de répondre à ces questions, d'autant plus qu'il a lui-même lancé le débat.»
Le Soleil (Gilbert Lavoie), 12 mai 1997

La touche Parizeau
«M. Parizeau est un fin joueur, un politicien rusé à ses heures et son défi de trouver dans les pages de son livre une phrase indiquant l'intention qu'on lui prête en est un exemple.  Force est de conclure qu'il a raison.  Mais il joue habilement avec les mots.  Parce qu'on pourrait très bien également mettre au défi quiconque de trouver dans ce livre une phrase indiquant qu'il n'avait pas cette intention. C'est pourquoi le chroniqueur Michel Vastel a lui aussi raison.»
Le Droit (Michel Gauthier), 12 mai 1997

Chrétien aurait le plus à perdre
«Deux semaines après le début de la campagne en vue des élections du 2 juin, M. Chrétien peut se réjouir de conserver une confortable avance dans les sondages d'opinion, mais il devra se défendre sur des questions comme l'unité nationale, la TPS, la réforme des programmes sociaux, les réductions d'impôts, le scandale des Airbus et l'enquête sur la Somalie.»
Presse canadienne (Le Droit), 12 mai 1997

Ottawa to get say in referendum: Dion
Le ministre des Affaires intergouvernementales, Stéphane Dion, dit que le gouvernement fédéral refuserait de négocier la souveraineté du Québec à la suite d'un prochain référendum, à moins que le gouvernement fédéral n'ait son mot à dire dans la formulation de la question, sur la façon de mener la campagne référendaire, et sur la majorité requise pour gagner.
Montreal Gazette, 12 mai 1997

Leaders put futures on the line on the air: TV debates vital to election image
En fonction de la performance des participants, les débats pourraient confirmer les gains apparents obtenus par les conservateurs et les réformistes aux dépens des libéraux dans les intentions de vote.  On estime que de 50 66 % de la population canadienne sera à l'écoute.  Le défi pour Jean Chrétien : les questions de «citoyens ordinaires» sélectionnés pour participer à ces émissions.
Globe and Mail, 12 mai 1997

Survival the aim: Chretien camp knows PM will be chief target during TV debate
Le camp de Jean Chrétien s'attend à essuyer les attaques de tous les autres candidats.  Consigne au chef : rester calme, ne rien tenir pour acquis.
Ottawa Sun, 12 mai 1997

We could get a minority
Le columnist Michael Jenkinson du Edmonton Sun dit que la possibilité d'un guvernement minoritaire est bien présente.  Avant la refonte de la carte électorale, le parlement comptait 295 circonscriptions, dont 177 étaient détenues par les libéraux.  Avec une nouvelle distribution de 301 circonscriptions, tout glissement sensible de la part des libéraux pourrait signifier un gouvernement minoritaire.
Edmonton Sun, 12 mai 1997

NAFTA warning should be heeded
En page éditoriale, le Montreal Gazette met en garde les souverainistes contre l'idée d'une inclusion facile du Québec au traité de l'ALÉNA suivant l'accession à l'indépendance.  Citant un représentant américain de passage récemment au Québec, on dit que la rupture du pacte confédératif serait l'occasion toute désignée pour les États-Unis de renégocier le traité de libre-échange à leur avantage.
Montreal Gazette, 12 mai 1997

The Unity Bomber: Jacques Parizeau re-emerges--and rocks the election campaign
L'hebdomadaire Maclean's anlyse à sa manière l'affaire Parizeau et tire des parallèles avec d'autres politiciens «retraités» qui reviennent hanter leurs successeurs (Thatcher, Trudeau, Mulroney).
Maclean's, 19 mai 1997

Quebec to be represented against its will in secession hearing
Le Miami Herald fait état de la représentation juridique imposée au Québec contre son gré par le gouvernement fédéral devant la Cour suprême l'automne prochain.  Le plus haut tribunal du pays doit trancher sur le pouvoir d'une province à se séparer du reste du pays.
Miami Herald, 12 mai 1997

A campaign without focus can be a tinderbox
Selon Thomas Walkom, une campagne terne où il est difficile de mobiliser l'électorat autour d'enjeux précis risque de s'enflammer soudainement, ce qui est peut-être arrivé avec l'affaire Parizeau.  Mais Walkom évoque le peu de cas que l'affaire a soulevé dans l'Ouest du pays.
Toronto Star, 12 mai 1997

Ottawa to help write next referendum question
En plus de vouloir «aider» Québec à rédiger la prochaine question référendaire, le ministre Stéphane Dion dit que la majorité simple d'un résultat (50 % plus un vote) pourtant reconnue pour deux référendums ne fait aucun sens.
Southam Newspapers, 12 mai 1997

Hard-Line Separatist Tosses a Bomb Into Canada's Campaign
L'affaire Parizeau vue des États-Unis par le Christian Science Monitor.
Christian Science Monitor, 12 mai 1997

Quebecers say Yes vote must lead to long talks. Poll: Half of separatists just want a better deal within Canada
Selon un sondage Southam News-COMPAS mené du 1er au 7 mai, près de la moitié des électeurs se disant souverainistes chercheraient seulement une meilleure entente avec le reste du Canada.  En cas d'un vote OUI au prochain référendum, ils souhaitent des négociations étendues.
Ottawa Citizen, 12 mai 1997

Archives | Sondages
Haut de la page
Accueil | La campagne | Les partis | 1993 | Enjeux | Info Canada

Les Chroniques de Cybérie
Courrier
Info-publicité
Mise à jour : Le 12 mai 1997.
© Les Éditions Cybérie inc.
Montréal (Québec)
(514) 521-0094